jeudi 23 mai 2019

Vélotorpille Bunau Varilla : La naissance de la carène

Après avoir terminé l'assemblage de l'outillage "tourne broche", nous n'avons pas résisté au plaisir de faire rapidement un montage à blanc de l'ensemble des anciens cadres et de baguettes de bois formant lisses afin de valider la technique d'assemblage retenue.
- Les cadres sont mis en position sur des encoches pratiquées sur le gabarit et maintenus en position par des ligatures en fil électrique.
- Les lisses de faibles sections en épicéa du jura sont pincées sur la structure à l'aide de pinces. Les lisses suivent pour la plupart une double courbure pour bien filer sur la carène.
J'adore quand un plan se déroule sans accroc !






mercredi 22 mai 2019

Fabrication de l'outillage "Tourne broche" pour le Vélotorpille Bunau Varilla

Afin de réaliser le carénage du vélotorpille de Bunau Varilla, il nous faut un gabarit d'assemblage que nous avons décidé de monter en tourne broche. Ce dernier est constitué d'une poutre caisson formée de quatre planches d'agloméré identiques assemblées par collage/vissage sur des diaphragmes. Un tube en acier traverse le tout et permettra la mise en rotation de l'ensemble.

On commence donc par le débit des différentes pièces à la fraiseuse à panneau à commande numérique.


 Puis Florian assemble les éléments afin de former une poutre caisson rigide qui permettra de positionner les gabarit de positionnement des cadres.






samedi 4 mai 2019

Modélisation du Vélotorpille et de l'outillage d'assemblage

Un gros travail de modélisation du Vélotorpille a été effectué pour préparer sa fabrication. 
Le fait que la carène ne soit pas axi-symétrique, que les cadres soient inclinés par rapport aux lisses rendent la modélisation très difficile.






et conception de l'outillage d'assemblage constitué d'un gabarit monté en tourne broche.

Le tourne broche est constitué d'une poutre caisson formée de quatre planches d'agloméré identiques assemblées par collage/vissage sur des diaphragmes. Un tube en acier traverse le tout et permettra la mise en rotation de l'ensemble.




mardi 30 avril 2019

Dispositif "Couche limite" opérationnel à la soufflerie Eiffel



Nous nous sommes retrouvés avec Nicolas Mercadié (responsable technique de l'Innovlab) et Jean-Luc krawczyk (stagiaire de l'IUT à la soufflerie Eiffel) pour la mise en service du dispositif "couche limite" conçu et développé à l'INNOVLAB de l'IUT de Cachan en collaboration avec le laboratoire Aérodynamique Eiffel.

Il s'agit d'un dispositif d'essai pour simuler le gradient du vent au ras du sol, ce que l'on appelle la couche limite atmosphérique. 
Le relief, la végétation, les constructions freinent le vent à l'approche du sol.
Il faut donc concevoir un dispositif qui permette de régler ce gradient de vent dans la chambre d'essai de la soufflerie afin de pouvoir faire des essais pour le bâtiment. 

Pour cela il s'agit paradoxalement de "dégrader" le collecteur conçu par Gustave EIFFEL en y introduisant un tunnel amovible équipé de dispositifs qui vont introduire des pertes de charges accentuées près du sol.
De plus, toute cette installation doit être amovible et montable par un seul opérateur, ce qui nous conduit à trouver des solutions simples et pratiques.
Une plate forme constituée de solives placées sur des structures en "T" est recouverte d'un plancher de trois panneaux mélaminés. Un tunnel est alors monté avec quatre voussoirs verrouillés deux par deux par des fermoirs de flycase.
Ensuite, un ensemble de turbulateurs est installé sur le plancher.


Le tunnel est enfin complètement monté et équipé de ses turbulateurs. C'est beau comme un Riva !

Jean-Luc notre stagiaire chargé cette année d'étalonner les chutes de pression dynamiques. Pour éviter qu'il ne s'échappe on l'a enfermé dans le tunnel :-)
 L'équipe de L'innovlab de Cachan, Matthieu BARREAU et Nicolas MERCADIE.  

Il reste encore quelques finitions qui seront apportées après un bilan pour tenir compte des retours d'usage. 

jeudi 18 avril 2019

Etudes des solutions techniques pour le carénage du Vélo Torpille

Avec Florian, nous étudions les solutions techniques pour le carénage du Vélo Torpille. 
A partir d'une CAO surfacique, nous avions produits des outillages et des cadres pour une première étude des solutions constructives.



Sur les cadres courent les lisses de profilage. Le prototypage réel permet d’immédiatement constater les points qu'il nous faudra améliorer simplifier dans la version définitive des outillages et des cadres.
On commence donc directement les épures des nouveaux outillages.

Le Vélo Torpille de Bunau-Varilla

Etienne Bunau-Varilla, jeune ingénieur du début du vingtième siècle fréquente  les circuits de course automobile et, naturellement, suit tous les événements liés à l'aéronautique. Ingénieux et bricoleur, il met au point dans les années 1910 le « vélo-torpille » avec son camarade de service militaire Marcel Riffard (grand ingénieur aéronautique français). 
  



Cette bicyclette est équipée d'une coque aérodynamique qui protège le cycliste et offre une résistance minimum à l'air. Etienne BUNEAU VARILLA dépose 7 brevets sur son invention. Il choisit le champion cycliste de l’époque, Marcel Berthet, et le vélo-torpille bat tous les records cyclistes en 1913.

La fédération Cycliste de l’époque interdit l’année suivante les vélos carénés, vraiment trop rapides à son gout. On retrouve la trace une dernière fois du VELO TORPILLE en 1926 chez un collectionneur.




Il se trouve qu'une association Les triplettes de Bonneville a décidée de reconstruire un vélo torpille pour honorer la mémoire de l'ingénieur sur l’anneau de Montléry et lors de la Speed week organisée début juillet sur la base de Bretigny.
L'association AERODYNE, APIS et l'INNOVLAB de l'IUT de CACHAN prêtent main forte à ce projet afin d'engranger un savoir faire dans la construction de structures carénées entoilées.

Avant tout chose, il faut restaurer un peu le vélo. On commence donc par un brossage/polissage du cintre qui est fortement piqué.

Le vélo retrouve ses roues, restaurées et rayonnées par les Triplettes de Bonneville.



Séance de travail à la soufflerie Eiffel

Séance de travail à la soufflerie avec Jean-Luc et Florian, stagiaires de l'IUT de Cachan 
Nous terminons le montage du dispositif d'essai destiné à reproduire le gradient du vent atmosphérique. Le stage de Jean-Luc consistera à étalonner ce dispositif d'essai.

mercredi 10 avril 2019

Deux années de projet AERODYNE

Giulia CACCIALUPI, Ilona KACETE, Maelys BOUREL et Maxence GODARD cette année et Alexis PAGES, Dan GRINCO, Baudouin DE BENNETOT et Gabriel DE CHAMPEAUX l'année dernière, étudiants du département GMP de l'IUT de Cachan ont participé activement à la fabrication avec des méthodes numériques modernes de l'aile d'un avion léger, le Super Emeraude.
L'année dernière, ce furent les nervures et cette année les longeronnets et le longeron.
Hier nous avons pour la première fois assemblé le tout à blanc. 
Je sais pas pour vous mais moi, je trouve que ça déchire GRAVE.....